You are here

 
Comité scientifique éditorial
Andrieu Sarah

Sarah Andrieu est anthropologue, maitre de conférences au département des Arts-section danse de l’université Nice Sophia Antipolis. Elle est membre du « Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants »  (CTEL) et membre associée à l’ « Institut des mondes africains » (IMAF). Ses recherches, menées en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Burkina Faso, portent d’une part sur les usages politiques des danses traditionnelles par l’état postcolonial et d’autre part sur les dynamiques de circulation d’esthétiques, de savoirs, d’imaginaires dans le champ globalisé de la « danse africaine contemporaine ».

Bloedé Myriam

Membre de l’équipe THETA (Théories et Histoire de l’Esthétique, du Technique et des Arts) au Centre Jean Pépin (UMR 8230, CNRS-ENS, Paris), Myriam Blœdé est critique et chercheure en arts de la scène, et directrice de collection aux éditions L’Œil d’or, Paris.

Ses recherches en danse portent actuellement sur la mémoire de la création chorégraphique – mémoire des œuvres et possibilités d’“archivage” des processus de création.

Parmi ses publications récentes : « Le rater mieux selon Robyn Orlin », Agôn [En ligne], n° 9 : Rater, dir. E. Baudou, A. Coulon et Q. Rioual, 2021 ; « Archive dansée / archive de la danse. La démarche historienne d’Olga de Soto », Recherches en danse [En ligne], 7 | 2019 : Mémoires de l’œuvre en danse, dir. C. Palazzolo et G. Sintès ; « Vu(e)s de Syrie » [à propos de Our terrible country d’Ali Atassi et Ziad Homsi (2014)], Images de la Culture, n° 30, février 2017 ; « De l’énergie du fauve à la présence des oiseaux. Le bestiaire de Josef Nadj », Ligeia, dossiers sur l’Art, n° 145-148, janvier-juin 2016.

Cappelle Laura
Fanouillet Laura
Fontaine Geisha

Geisha Fontaine est chorégraphe, chercheuse en danse et danseuse. Docteur en philosophie de l’art à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, elle est notamment l’auteur du livre Les danses du temps (Centre national de la danse, 2004), traduit en espagnol en 2012 (Centro cultural de la cooperación). Conseillère scientifique de l’exposition « La danse contemporaine en questions », produite par le CND et l’Institut Français, elle en a rédigé le manuel pédagogique et le catalogue (2015). Elle contribue également à différents ouvrages et revues, notamment aux Éditions du CNRS. Invitée à intervenir dans des universités et centre d’arts (Tokyo, Buenos Aires, Santiago, Sao Paolo, Fortaleza, etc.), elle enseigne régulièrement à l’Université Bordeaux-Montaigne et participe à plusieurs programmes de recherche (Universités Paris V, Valenciennes et CNRS).  Inscrites dans le champ de la philosophie de l’art, ses recherches portent essentiellement sur les temporalités de la danse et se concentrent aujourd’hui sur les notions de contemporanéité et de postmodernité.

Depuis 1998, en collaboration avec Pierre Cottreau, elle conçoit les créations chorégraphiques de la compagnie Mille Plateaux Associés. Ces deux artistes ont également mis en place le laboratoire européen Gazing and Dancing, réunissant des artistes et des chercheurs français, croates, hongrois et serbes.

Geisha Fontaine s’implique volontiers dans la mise en relation d’univers contrastés.

Marquié Hélène

Hélène Marquié est maîtresse de conférences HDR au département d’Études de genre de l’université de Paris 8, membre du LEGS (UMR 8238). Elle est docteure en danse, agrégée de sciences de la vie et de la terre. Elle est également chorégraphe de danse contemporaine. Depuis une thèse consacrée aux processus de création surréalistes en danse et en arts plastiques, et à leur dimension politique pour des artistes femmes, sa démarche s’inscrit délibérément dans une perspective interdisciplinaire. Elle est aujourd’hui spécialiste des questions de genre en danse et plus généralement dans les arts vivants. Elle a consacré une part importante de son travail à penser une épistémologie des recherches à l'intersection des études en danse et des études de genre. Elle développe une réflexion critique sur l’histoire et l'historiographie de la danse, ainsi que sur la façon dont esthétiques et idéologies se nouent. Après avoir centré ses recherches sur les sources ontologiques d'une conception symbolique féminisée de la danse, puis sur l'émergence et la cristallisation de cette conception et son inscription dans la réalité du ballet après la révolution de 1830, elle interroge l'historiographie de la danse et les idéologies qui la traversent. Elle a codirigé avec Marina Nordera le n° 3 de Recherches en danse, Perspectives genrées sur les femmes dans l’histoire de la danse (2015). Ses recherches actuelles portent sur le tournant des XIXe et XXe siècles.
Un autre axe concerne les mises en œuvre du genre dans la danse actuelle, au travers des normes et des hiérarchies, à la fois dans les milieux professionnels et dans les représentations spectaculaires. Il s’agit aussi de penser comment la danse peut, ou pourrait, résister au système de genre et proposer d’autres modalités identitaires et relationnelles. Elle s’intéresse également aux processus d'incorporation des systèmes et des normes culturels, et aux apports des études en danse et des études théâtrales aux concepts de performance et de performativité développés au sein des études de genre. Hélène Marquié est par ailleurs membre fondatrice du syndicat Chorégraphes associés et de l’association HF Île-de-France pour l’égalité dans la culture. Elle conjugue travail et expérience de terrain (artistique et politique) et recherche universitaire.

Bibliographie

Maurmayr Bianca | Trésorière

Après une thèse soutenue à l’université Côte d’Azur, sous la direction de Marina Nordera, Bianca Maurmayr intègre l'Université de Lille, Département Arts/Danse, en tant qu'ATER. Elle est actuellement Maîtresse de Conférences à Lille. Ses domaines principaux de recherche concernent l’histoire de la danse et du corps à l’époque moderne, les transferts culturels et l’articulation entre théorie et pratique des arts. Elle fait partie d’AIRDanza, de l’aCD et a été membre de Pratiques de thèse en danse (CN D) entre 2014 et 2016.

Schiller Gretchen
Sintès Guillaume
Maître de conférences en danse (EA 3402 - ACCRA, Université de Strasbourg) et chercheur associé au Laboratoire d’analyse des discours et des pratiques en danse (EA 1572 - MUSIDANSE, Université Paris 8).
 
Ses recherches portent sur le métier de chorégraphe (droit d’auteur, politique culturelle et réglementation de l’enseignement) et s’intéressent plus largement à l’archive, la mémoire et l’histoire en danse.
 
Il a cofondé, avec Sylviane Pagès et Mélanie Papin, le Groupe de recherche « Histoire contemporaine du champ chorégraphique » (MUSIDANSE), avec lequel il a engagé les projets « Relire les années 1970 (en danse, en France) » (de 2012 à 2014) et « Karin Waehner, une artiste migrante » (projet soutenu par le Labex Arts H2h de 2015 à 2017), en collaboration avec la BnF (département des Arts du Spectacle), le Centre national de la danse et l’Akademie der Künste (Berlin).

 

Suquet Annie
Vellet Joëlle | Présidente

Joëlle Vellet est maîtresse de conférences en danse et membre du Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (EA6307) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS), docteure en Esthétique, Sciences et Technologie des Arts de l’Université de Paris 8. Les expériences de danseuse, de chorégraphe et de pédagogue sont importantes dans son parcours et dans la façon de poser les questions de la recherche. Ses recherches se situent au croisement de l’esthétique et de l’anthropologie de la danse (une anthropologie poïétique), étudiant la danse en fabrication à partir de l’analyse des situations de transmission, utilisant aussi les outils de l’analyse de l’activité. Les processus en jeu en amont de l’œuvre, les pratiques et les enjeux du travail artistique sont au cœur de ses questionnements d’enseignante et de chercheuse. Sa thèse l’a conduite à affiner la compréhension du tissage des gestes et des discours en situation dans la transmission de la danse. Elle étudie actuellement la danse dans la relation à la tradition et l’activité fine des différents passeurs. Elle a enseigné plusieurs années à l’université BP de Clermont-Ferrand, alors membre du Laboratoire d’Anthropologie des Pratiques Corporelles, elle a co-créé et co-dirigé le master professionnel en anthropologie de la danse. Elle dirigeait le secteur danse du Service Université Culture. Au sein de l’Université de Nice Sophia Antipolis, elle a été directrice de la section danse du département des Arts et responsable de la licence. Elle a créé le parcours professionnel « Métiers de la transmission et de l’intervention en danse » du master 2 Théories et pratiques des arts vivants. Elle est actuellement directrice du département des Arts. Membre fondateur de l’aCD.

 

 

Vellet Joëlle

Joëlle Vellet est maître de conférences en danse à l’université de Nice-Sophia Antipolis, docteure en Esthétique, Sciences et Technologie des Arts de l’université de Paris 8, membre du Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants de l’UNS. Ses travaux de recherche se situent au croisement de l’esthétique et de l’anthropologie de la danse (une anthropologie poïétique). Elle étudie plus spécifiquement la danse dans la création et dans les relations à la tradition ou à la singularité artistique, à partir des situations de transmission. Le travail artistique, l’activité des artistes, les processus en jeu en amont de l’œuvre, la fabrication de la danse sont au cœur de ses questionnements. Elle a enseigné durant plusieurs années à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, où elle a été membre du Laboratoire d’Anthropologie des Pratiques Corporelles et a co-créé et co-dirigé le master professionnel en anthropologie de la danse. Elle vient de créer le parcours professionnel « Métiers de la transmission et de l’intervention en danse » du master 2 Arts Théories et Pratiques des Arts vivants à l’UNS. Elle est membre fondateur de l’aCD.